Le soutien de Sillon Solidaire pour Mots de tête

Le Centre Socioculturel de Pons a eu le plaisir de recevoir un chèque de 3.000€ remis par Aurélie Faudry, chargée de mission de  la fondation Sillon Solidaire.

CSP_Sillon_solidaire_17

La fondation Sillon Solidaire manifeste son soutien à la lutte contre l’illéttrisme à travers l’atelier « Mots de tête » qui a démarré le 11 janvier dernier.

La fondation a reçu plus de 80 dossiers de demandes de subventions. 37 dossiers ont été retenus, puis en délibération finale, 34 dossiers ont été appuyés dont celui du  Centre.

Les 3000€ vont permettre au centre de rétribuer l’intervention de l’animatrice Emmanuelle Racine, mais aussi d’investir dans l’achat d’ordinateurs qui permettront de retranscrire le travail effectué par les participants en vue de réaliser un recueil des écrits.

L’appui de la fondation Sillon Solidaire conforte le Centre Socioculturel dans ses choix et ses priorités !

Pour en savoir un peu plus, à suivre, un exemple de réalisation …

Consignes :
Les mots en « ette » ou « ête » ou « aite »…
Les aventures d’une poulette qui milite contre les omelettes ;
Une idée totalement bête ;
L’histoire d’une planète ;
Un jour de fête ;
Mes courses à la supérette ;
Ou tout ce qui vous passe par la tête.
Première étape : Trouvez un maximum de mots comprenant le son « ette » « ête » « aite »…
Deuxième étape : Écrivez une histoire en utilisant le plus possible les mots trouvés.
N’oubliez pas le titre !

Les courses à la supérette

 Henriette va faire ses courses.
Elle s’arrête à la boulangerie. Elle achète des chouquettes.
Elle part à la supérette.
Là, elle prend des croquettes pour Minette, des œufs pour faire une omelette et des paupiettes puis elle sort avec ses emplettes.
Elle arrive à sa maisonnette en camionnette.
Elle sort ses courses puis prépare son repas. Elle met sur la table son assiette,
sa fourchette et s’écrie : « Je suis bête ! J’ai oublié la baguette. »
En sortant, elle voit Odette qui regarde sa tablette. Elle fait une drôle de tête car elle a plein de dettes. Odette et ses dettes ! Elle ne peut pas aller à la supérette.
Sur le chemin Henriette s’arrête voir ses voisines, Bernadette et Yvette. Elles lui disent que la planète va mal. Il va y avoir une tempête. Henriette dit : « Chouette ! Je vais vite chez ma sœurette. Elle a une cachette et nous pourrons lire des grands poètes en buvant du champagne qui monte à la tête. » Bernadette et Yvette lui disent : « Tu seras pompette » Elle leur répond : « ce n’est pas grave, je finirai peut-être la tête dans une cuvette. Sur ce, je vous fais une grande courbette » et puis elle prend la poudre d’escampette.

Share Button