Confinement au CSP #44

Amis confinés, bonjour !

 

Une infographie est souvent plus parlante …
Voici une synthèse du plan de déconfinement …

De quelle couleur sera notre département
au 11 mai prochain  ?

A ces prévisions, s’ajoute la notion de départements verts (on peut faire des trucs, le virus est moins actif)  ou départements rouges (on peu pas faire des trucs, le virus est très actif !) …

Les daltoniens dans les ennuis !  …
Un petit résumé sur le daltonisme, le temps de vérifier que vous êtes en phase avec la lecture des couleurs !

Dans le monde, on estime à environ 300 millions le nombre de personnes atteintes de daltonisme. Une maladie qui affecte la manière dont une personne perçoit les couleurs. Et ainsi, la façon dont elle voit le monde.

Le daltonisme, c’est une maladie essentiellement génétique. Ce qui explique pourquoi elle touche plus les hommes que les femmes. Environ un homme sur douze est daltonien contre seulement une femme sur deux cents.

Le daltonisme, c’est la plus connue des dyschromatopsies (hé oui c’est le terme ! ). Il affecte en effet, de façon plus ou moins sévère et plus ou moins pérenne, la manière dont une personne voit les couleurs. Ainsi le daltonisme peut être reconnu comme un handicap visuel dans certains métiers. Il peut aussi entraîner des difficultés scolaires. Et si sa forme la plus commune est le daltonisme rouge/vert, il en existe plusieurs grands types différents.

Rappelons que notre rétine est composée de cellules coniques que l’on peut diviser en trois groupes en fonction de leur sensibilité à la couleur rouge, bleu ou verte. Lorsque le système fonctionne correctement, le cerveau reçoit, d’une combinaison de ces cellules, des informations relatives à la couleur des objets.

Mais lorsque l’un ou plusieurs types de ces cellules s’avèrent défectueux, l’information ne peut plus être correctement transmise au cerveau. Les spécialistes parlent de trichromatisme anormal. Ainsi lorsque les cônes sensibles à la lumière rouge sont touchés, on parle de protanomalie. Lorsqu’il s’agit des cônes sensibles à la lumière verte, on parle de deutéranomalie. C’est la déficience la plus commune chez les daltoniens. Et enfin, lorsqu’il s’agit des cônes sensibles à la lumière bleue — un cas extrêmement rare –, on parle de tritanomalie.

Ci-dessous, le couleurs perues par un daltonien (absence de rouge)…

Pour voir le monde selon des différents types de daltonisme,
https://www.lenstore.fr/vc/la-vie-en-couleurs/

Restez chez vous et prenez soin de vous !